Friday, November 16, 2007

Mr Allègre, révisez vos dossiers (à moins que vous ne deviez en prendre connaissance!

Jeff m'a envoyé aujourd'hui ce lien. J'ai donc visionné cette vidéo. Effectivement j'aurais plusieurs remarques à faire mais je vous laisse d'abord écouter (comme je le fais en classe pour ne pas vous influencer).
Un lien tout d'abord. Educnet où est répertorié l'ensemble des pratiques des professeurs de musique toutes académies confondues. Les pratiques ont énormément changé en 20 ans. Que répondre à quelqu'un de la génération de Mr Allègre? qu'il est dépassé depuis bien longtemps et tient des propos qui sont réactionnaires? qu'il ferait mieux de s'occuper à des activités de son âge? qu'il n'est pas capable d'aligner deux mots, deux idées cohérentes et ferait mieux de lire un texte pré-maché? je ne m'abaisserai pas jusque là.
Je ne suis pas de ceux (celles) qui se laisseront diviser par ce genre de discours. Après 20 ans de ZEP, je serais bien placée pour penser que ce n'est pas le même métier pour tous les professeurs selon l'endroit où ils exercent. Mais à quoi bon nous dresser les uns contre les autres?
Eh bien, pour économiser encore plus, sans doute. Au début de ma carrière, j'enseignais 20 heures au lieu de 18 pour les autres. Avec le sentiment que j'étais donc un sous-prof. Les heures sup pleuvaient, puisqu'il y avait 20 classes au moins. Ou alors il n'y en avait que 16, et je devais compléter mon service, jouant le rôle d'un remplaçant (on sait le sort qui leur est réservé dans certains collèges). Lorsque j'avais des problèmes de discipline, on disait "c'est encore la musique!" comme si c'était ma faute. Ou l'on se plaignait du bruit, car la classe n'était pas insonorisée. Je passe sur les réflexions des parents (mais comment vous notez?"), celles de certains autres profs ("Zéro en musique? il chante faux?") et celle des CPE ("quand tu les mets à la porte, donne-nous un devoir!"), celles, douloureuses, des élèves ("prof de musique, c'est pas un métier!"). Pas de manuel, pas de partitions, pas de CD. Tout à acheter, emprunter, entasser au fil des années, de ma poche. Tout à faire, peu de conseils. Débrouillez-vous sur le terrain.
500 élèves, cela veut dire que quand vous donnez un travail (parce que j'en donne!) c'est 500 copies. Et ce ne sont pas des QCM...Les préparations de cours me prennent deux mois par an. Le reste passe en pratique personnelle (ça compte quand vous devez jouer devant vos élèves) et en recherches de tous ordres. A présent l'on vous demande de coller au "programme" (ce que je fais, en partie). Pour que le tout soit cohérent. On vous demande de faire des projets (les heures sup sont rarement payées, je préviens les passionnés). On vous demande d'être bon en informatique (B2I, MAO, notes et bulletins informatisés ainsi que courrier administratif).
Mais c'est vrai: les profs sont des privilégiés et feignants avec çà. Ils ne font "que " 20 heures.
J'ai appris la musique à 7 ans. Je pratique 5 instruments, en particulier je suis pianiste médaillée. J'ai mes diplômes de violoncelle, solfège, analyse harmonique, harmonie et contrepoint en poche. Je suis auteur-compositeur. J'ai fait un banal Bac+4 en 4 ans sans faute, et suis entrée dans le métier à 22 ans. 24 ans d'enseignement. J'aime bien mon métier, je le trouve épuisant mais passionnant. Mais bien souvent, après une journée de boulot, j'ai pensé que si j'avais 60 ans, je ne tiendrais pas le coup physiquement, psychologiquement.
Mais comme je suis une privilégiée, j'ai eu le temps de créer 3 blogs pour mes élèves avec , je l'espère, assez d'éléments pour pouvoir poursuivre le cours par de multiples informations, pouvant donner lieu à des exposés et recherches qui valident le B2I. C'est çà, la vie de feignasse. En un an, environ 300 messages. Environ 30 000 visites. Je sers à rien, c'est pour çà.
Moi ça va. Mr Allègre, c'est peut-être trop tard pour une thérapie (traumatisé par votre prof de musique? eh bien moi aussi et pourtant...!) mais vous avez encore le temps d'apprendre à vous taire ou à vous informer et réviser vos dossiers avant d'ouvrir votre bouche.
Je pense que vous avez votre place dans le gouvernement actuel. Surtout ne loupez pas le coche, c'est votre dernière chance. Bien à vous.

13 comments:

Lucie said...

C'est vraiment n'importe quoi!
On devrait lui montrer la chanson d'Aretha Franklin R-E-S-P-E-C-T!
Et pourtant, tu n'en doutes pas j'espère, notre métier sert et change des vies!

tidoigts said...

coucou ma Lucie.
je suis bien placée pour le savoir, oui. même si je n'ai à ma connaissance envoyé qu'un seul élève au conservatoire, car la flûte à bec est un instrument noble pour lequel on passe une médaille aussi. beaucoup de mes élèves ont entamé une pratique musicale régulière simplement en me voyant jouer moi-même en cours ou par motivation. il ya tellement de façons de faire de la musique!

c'est décidément un pauvre type. enfin, rien de nouveau à l'Ouest. le mammouth, c'est lui. un pays élitiste qui considère que la "vraie" culture est un truc réservé aux nantis et nie toute l'Histoire de l'Art et les travaux des Sciences de l'Education. rien que çà. ça me dégoûte.

sylvie said...

Bravo pour ton article.Moi aussi je trouve Monsieur Allègre nul et mal élevé...Un peu de respect que diable! Et oui , quelque fois prof de musique (enfin Education musicale et Chant Chorale.....n'oublions ce bel intitulé !!)est un sacerdoce non seulement auprès des parents mais aussi auprès des collègues !Et c'est pas gagné tous les jours!

madame musique said...

coucou sylvie!
en ce qui me concerne je n'ai rien à prouver, je fais mon boulot avec passion. ce sont les gosses qui m'intéressent, leur avenir, pas le fait de briller ou d'être "reconnue". le passage d'un inspecteur me laisse froide, je fais comme d'habitude. ce qui me dérange, ce sont les réflexions stériles et racistes (un comble) de ce monsieur qui n'a pas mis les pieds dans une salle de classe depuis son bac et n'a sûrement jamais bavardé avec des enseignants, en se basant sur l'expérience vécue. perso c'est une des raisons qui me donnent envie de rester à ma place, où je suis plus utile, pluôt que de chercher à être inspecteur ou même conseillère...je veux rester libre. et dieu merci, pour la première fois de ma carrière, j'ai le plus grand respect pour les membres de la direction du collège, et çà ce n'était pas gagné! j'en ai connu des petits chefs avec un discours similaire à Allègre, qui n'osaient même ps, en ZEP, se présenter à la grille du collège et restaient planqués dans leurs bureaux. ils auraient dû "faire ministre". une bonne planque.

sylvie said...

Pour te répondre : moi non lus j'estime ne rien avoir à prouver.La seule chose qui m'interesse ausi ce sont les enfants.Ils ont tellement de choses à nous dire ...

madamedekeravel said...

Allegre a peut être raison sur un point : il est anormal que le travail des profs ne soit pas réellement évalué mais que l'avancement des profs soit automatique à l'ancienneté.
Par contre il se trompe de cible. Le prof de musique de banlieue (comme madame musique ;-) qui fait des projets et se décarcasse pour montrer de la Kulture à ses élèves a sûrement plus de mérite que celui qui fait CM2 à Saint Cloud depuis 20 ans avec les mêmes préparations de cours et ne sort jamais avec sa classe.

madame musique said...

Pour vous répondre à toutes les deux. Il y a bien longtemps que les gens qui rentrent à l'EN le font parce que c'est un métier "sûr", comme le disaient mes parents. 20 ans ont passé, pendant lesquels le statut du prof n'a cessé de se dégrader, les conditions et la charge de travail sont apparues quasi inbouffables (démissions et dépressions nombreuses autour de moi, en plus des attaques (insultes?) d'Allègre qui remontent à un moment déjà.
Si l'on est pas passionné, il faut passer son chemin. On a quand même des enfants en face...ça ne s'improvise pas.
La formation est quasi nulle. Elle se fait sur le terrain.
Quand à la musique, Mr Allègre oublie qu'en plus de la fac, les musiciens ont pour la plupart fait 11 ans de conservatoire en moyenne, et que le programme en fac est ardu et en a fait reculer plus d'un. Au CAPES, il faut savoir rédiger une dissertation sur des oeuvres imposées, accompagner n'importe quel air, interpréter un chant et une pièce musicale, réaliser un travail harmonique, et faire un exposé oral devant le jury sur une pièce musicale inconnue et connue. Cela demande une certaine maîtrise de sa matière, il me semble.
C'est pourquoi sur les 100 élèves que nous étions en 1ère année de fac, je suis la seule de la promo à avoir terminé. Suis-je un génie? non, entre temps beaucoup ont préféré battre en retraite, gagner moins, et rejoindre l'enseignement de l'instrument, où l'on a un seul élève à gérer et un petit concert en fin d'années, quelques auditions et basta.
C'est sûr. Certains ne font pas leur boulot. Mais bon, doit-on taper sur tous les flics parce que certains sont racistes et violents? Je ne le crois pas non plus.
Nous avons besoin de bonnes formations, mais ça coûte de l'argent. Alors on envoie des jeunes sur le terrain, en leur disant "tu fais ce que je te dis". Ils ont tellement de "chance" d'avoir la certitude de l'emploi.
Je citerai Desproges: L'élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime: "Je pense, donc tu suis".
Bises à toutes les deux.

Sylvie said...

J'ai parlé en salle des profs de l'interview de ce Monsieur....réaction d'une collègue "Ah non !!! ne dit pas du mal d'Allègre !! C'est le seul qui dit que les profs de français ont du travail et devraient avoir moins de classe !!" Je suis partie pour ne pas commettre ou dire quelque chose d'irréparable !

madame musique said...

tu as eu bien raison. à quoi bon parler aux abrutis? ça les instruit...:-)
chacun ne pense qu'à soi. c'est ce qui tue nos chères sociétés occidentales. quand l'apauvrissement de l'esprit sert le pouvoir.
c'est pourquoi je travaille comme cela avec mes élèves, pour qu'ils aient les yeux grands ouverts sur le monde, qu'ils sachent à quoi s'en tenir.et peut-être comment se positionner.
ce blog est censé montrer ma façon de travailler et parler de la profession. cesser les on-dit et voir le boulot qui se fait sur le terrain. tous ces gens qui parlent sans savoir, sans même s'intéresser aux autres sont pathétiques...
j'ai la certitude moi, d'avoir sorti certains élèves de leur mutisme, de leur isolement, de leur peur de se montrer. c'est pas grand chose, mais pour eux c'était une montagne et personne avant moi ne l'avait soulevée. c'est pour moi la preuve que l'enseignement artistique a une place importante dans la réussite de la scolarité, comme dans la socialisation d'un individu.
le reste m'indiffère. les querelles de pouvoir également.

theo said...

Tu as tout à fait raison, et je t'admire, parce que je sens ta passion. je dois avouer que moi je me décourage souvent, par période. EN ce moment ça va, pourvu que ça dure. Allègre est un dinosaure, un type qui croit connaître le problème et qui ne connait rien du tout.

madame musique said...

oui, c'est çà qui est énervant. non seulement ils ne font pas le nécessaire, mais en plus ils osent parler de choses précieuses auxquelles ils ne s'intéressent qu'en tant que "dossiers". je signale qu'il en est déjà de même pour désigner des personnes, et que c'est grave pour moi. mon découragement ne rend jamais les élèves responsables. les responsables ce sont ceux qui parquent des enfants et veulent qu'ils se ressemblent tous, et fassent tout au même rythme. c'est une hérésie et c'est d'une hypocrisie sans nom..

Sammy said...

Je ne vois pas la vidéo (j'suis au boulot là... moi aussi je suis un privilégié payé à rien foutre) mais je ne doute de la très haute capacité de M. Allègre à raconter des conneries...

C'est qu'il est fort le bougre !

tidoigts said...

hello sammy, merci d'être passé. tu as raison, ce n'est pas la première fois qu'il "mammouthise". une sale maladie.