Monday, June 25, 2007

Les jours sans...







16h: dernière heure d'une journée harassante.

- Ne faites pas les gros yeux à "blondinet" échevelé qui vient d'atterrir à plat ventre au centre de votre salle de cours, son cartable par-dessus tête. A cette heure-ci, vous êtes la femme invisible.

-accrochez-vous au piano quand la horde investit l'espace, piétinant allègrement le blondinet. Laissez passer. Ramassez "blondinet". Vos clés sont planquées, vos marqueurs sont dans votre main, tout va bien.

-N'essayez pas de dire des choses insignifiantes telles que: "vous pouvez vous asseoir" ou "y a-t-il des absents aujourd'hui?" voire même "bonjour". Personne ne vous entend.

-Contentez-vous pour l'instant de séparer le garçon et la fille qui se disputent un pull en hurlant. Rendez le pull à sa propriétaire.

-Demandez à "gentil" de ramasser TOUS les carnets pendant que vous distribuez les photocopies à l'ensemble de la horde. Poussez votre premier cri de guerre pour qu'ils se taisent.

-Passez entre les rangs (attention à vos chaussures neuves) en demandant 20 fois que le sac soit posé par terre, le matériel sorti et la photocopie collée tandis que le brouhaha reprend.

-Bénissez le prof précédent qui a annulé une sortie, rétablissant le cours qui était supprimé...Les carnets en pile sur votre bureau, relevez toute seule les absents, triez les carnets suspects.

-Attrapez "blondinet" alors qu'il s'apprête à piétiner "casse-pieds" couché par terre contre le mur. Envoyez "casse-pieds" de l'autre côté, vous disposez de 10 minutes avant qu'il ne reçoive son premier coup de flûte.
-Poussez votre second cri (vous avez moins de voix tout à coup), pour rétablir le silence. Asseyez-vous deux minutes. La tête vous tourne tout à coup. Relevez-vous dignement et dirigez-vous vers la classe pour expliquer le travail qui va être fait, tout en les tenant en respect d'un oeil rougi par la fatigue.

-Placez le disque à faire écouter dans la chaîne, et faites-le jouer. Au moment où la musique s'élève dans la classe, ouvrez la porte car l'on vient de frapper. Prenez stoïquement les papiers que le surveillant vient d'apporter, souriez-lui (il n'y est pour rien), à distribuer d'urgence à la classe. La sortie est rétablie, le fameux cours est finalement annulé.

-Efforcez-vous de ne pas être tentée de hurler par-dessus la liesse générale, c'est inutile. Levez les bras, risquez la crampe, frappez dans vos mains, ça va passer.

-Remettez le disque et tandis que le remous sonore s'estompe peu à peu, vous rendant un semblant de dignité, posez quelques questions auxquelles très peu pourront répondre. Car "éploré" vient de vous apporter un dessin diffamatoire fait par son voisin de derrière, "pervers 1" (oui, il y en a deux) et demande justice.

-Posez le carnet de "pervers 1" à part et levez le pouce pour calmer "éploré" tout en continuant votre leçon. Tant que vous y êtes, attrapez celui de "casse-pieds" qui remet çà, et vient de passer par-dessus son bureau, en voulant rattrapper son cahier qu'il vient de prendre sur la tête. Il s'en est pris cette fois à "blondinette taches de rousseur" qui ne s'en laisse pas conter et l'a traité comme il le mérite dans l'hilarité générale.

-Soyez raisonnable. Ce cours est foutu. Ravalez les larmes d'énervement qui montent, tournez-vous vers le tableau pour garder contenance (mais de biais), et faites remplir la petite fiche d'écoute amoureusement préparée. Faites le tour de la classe pour vérifier. Notez.

-Gardez votre calme. La séance de flûte ne se passe pas trop mal à priori, si ce n'est que le tiers de la classe ne l'a pas et joue en mimant avec une règle. Chacun aura une croix à côté de son nom. Au passage, demandez à "provoc" de bien vouloir arrêter de se balancer sur sa chaise, en jouant de la flûte en plus. Evitez son regard par en-dessous qui guette le moment où il va pouvoir recommencer.

-Conduisez cette activité avec le peu de nerfs qui vous restent, restez sourde aux sons diaboliques que "Demonia" s'obstine à tirer de son instrument, vous narguant avec ses petits yeux et guettant un rictus. Evitez de commenter les ricanements ou l'indignation générale, contentez-vous d'encourager, de conseiller, et de recommencer. Permettez à "Demonia" de s'abstenir.

-Reprenez la chanson qu'ils connaissent à présent par coeur, à tel point que "Blondinet", "Demonia", "Provoc" et bien sûr "Casse-pieds" vont l'entonner à tue-tête, tandis que "pervers 1" et "éploré" échangent un énième coup de pied sous la table, envoyant valser le sac de "ahuri 1er" qui se met à brailler...

-Attrapez tous les carnets des accusés et décorez-les rageusement. De toute façon, vous n'avez plus de voix, c'est irrémédiable. Dans un silence des plus réprobateurs, faites signe à la horde de ranger les cahiers, et hâtez-vous de rendre les carnets avant que le gong sonne. Tentez un dernier discours désapprobateur, mais non agressif, leur disant votre déception face à leur attitude.

-La sonnerie retentit. Rangez-vous derrière votre piano lorsque la horde repasse, puis éteignez tout, fermez les fenêtres, l' armoire, ramassez les papiers, paquets de bonbons éventrés, stylos, crayons, qui jonchent le sol, prenez une lingette pour effacer les crayonnages sur les tables. Le sang pulse à vos oreilles, vous serez trop fatiguée ce soir pour reprendre ce prélude de rachmaninov. Tant pis.

-Attrapez le carnet oublié que l'on va venir vous réclamer, le cahier de texte qu'ils n'emportent jamais (déjà quand ils l'apportent...), l'écharpe que l'on ne viendra jamais réclamer.


-Asseyez-vous. Savourez le silence. Il est 17h15.

-Fermez la porte. Vous venez de prendre 10 ans.

18 comments:

raymonde said...

C'est thérapeutique de pouvoir en rire l'artiste !
Un big mac ou une glace à la menthe, t'aurais bien mérité après cette heure infernale !
Le dessin diffamatoire, c'était toi en maîtresse Domina hihi !

Mais ce sont des monstres ! J'espère que c'est parce que l'année achève et qu'il fait trop chaud dans les classes. Surtout ne me dis pas que c'est comme ça à l'année, je demande au pape de te cannoniser !!!

(Chacun ra une croix, ça veut dire chacun sa croix ???)

Très amusant (euh hum hum) à lire, merci pour ce régal ! Mais ces morpions, c'est pas des anges !

Bises force 12, tu le mérites amplement.

madame musique said...

eh bien j'avoue que de le voir écrit,ça c'est therapeutique...parce qu'en plus ça me fait encore rire! j'dois être maso ou alors mon sens de l'humour est inextinguible!
mais, si ce n'est pas toujours comme çà, je dois avouer que cela a parfois été bien pire! je n'ose pas raconter ce que j'ai parfois subi en cours. mais de temps en temps je ferai un post thérapie comme çà, pour rire de moi. parce qu'en plus, tu culpabilises (ah! notre monde judéo-chrétien de killers névrosés!)
contente de t'avoir fait rire de mes p'tites misères.
bisous ray.

Kinishao said...

Oh, les petits salopiauds ...

Le jour où ils auront compris que le cours de musique n'est ni une punition, ni un défouloir, mais un CADEAU ... hé ben ça voudra dire que tu auras mes enfants comme élèves ...

madame musique said...

le pire, c'est qu'ils aiment mes cours. et puis ils ne sont pas tous comme çà. environ 8 par classe (gasp...)mais quand ça déménage, ça rigole plus. cela dit j'ai la dent dure. la psy du collège m'a dit l'autre jour en rigolant "petit mais costaud" dans la salle des profs (elle a dû entendre une de mes "hurlantes"...hihi)gros bisous Kini.

Br'1 said...

La ressemblance avec un de mes cours du temps où j'étais prof est absolument hallucinante. Je confirme: parfois le cours de musique c'est ça. Moi aussi j'étais devenue experte en cri qui tue. Depuis j'ai une voix à toute épreuve et je peux chanter de ténor à soprano (presque) coloratur!
Mais est-il déjà arrivé dans ta classe qu'un collégien qui n'avait pourtant "presque pas bougé" sur sa chaise envoie l'embouchure de sa flûte (le corps restant dans sa main)en plein carreau, lequel carreau se brise avec fracas, ruinant définitivement tout appel au calme pour cette heure-là?
J'ai aussi des anecdotes irracontables tellement j'ai honte que ça ait pu se passer malgré ma digne présence...
Quant à Kini, rêve mon vieux, si tu crois que tes enfants règleront leur attitude sur ce que tu leur expliqueras!!!
Merci Tidoigts pour ce récit: si ça peut arriver même dans ta classe c'est que c'est parfois inévitable! Ça me rassure...

madame musique said...

cela arrive à tout le monde. certains le nieront. c'est une question de personnalité, de la façon dont tu le vis. la vision, le discours des parents et de la hiérarchie, celui des collègues également a un poids que l'on n'imagine pas. je peux en parler maintenant que je suis "supernounou" alias "prof prince". c'est palpable dans la réflexion qui tue que fait l'élève lorsque tu lui reproches quelque chose. du style que prof de musique c'est pas un métier, que c'est pas la peine de faire des études, que mon cours n'est pas intéressant, que je ne sers à rien.
dans la cas que je décris, aucune agressivité de leur part, juste une difficulté à canaliser l'énergie, due au nombre, à la fatigue, à l'enfermement que peut constituer l'école, et aussi les relations de plus en plus individualistes des enfants. un jour des larmes de fatigue nerveuse ont coulé pendant leur cours, ils étaient très très mal.

tilu said...

wouarf! Je ris mais ça doit être trés désagréable... quel courage.... Prof de musique en collège , je crois que pour arriver à tenir le coup faut avoir une foi en son boulot inébranlable, etre vraiment passionnée , comme tu l'es ...bravo en tous cas, de tenir le choc...

madame musique said...

merci tilu. c'est ce que je me dis aussi, j'ai le profil sans doute(contrairement à Pauline Croze), par contre en dehors du boulot, après, faut pas trop me chercher, hein? y'a des limites...
<:-)

madame de k said...

Moi je dis chapeau !
Je crois que le collège c'est le plus dur, c'est l'âge le plus bête et le plus ingrat.
Au collège mais à la maison aussi ;-)

madame musique said...

oui, mme de K, j'ai cru comprendre, hihi...je ne sais pas en fait. ma soeur qui enseigne en fac a dû parfois demander à des élèves de se taire pendant son cours, ou flanquer un élève à la porte...ce sont les joies des 80% de classe d'âge au bac. moi cela m'est égal, je n'ai connu que çà. mais l'an dernier, une inspectrice d'anglais qui suivait les internes pour un audit et avait assisté à un cours de 6e est sortie claquée, elle m'a dit: vous ne pouvez pas tenir..." j'ai dit "ben ça fait 23 ans que je tiens dans ces conditions, je peux faire encore un p'tit effort..." hein, m'sieur Darcos? (à moins qu'il soit déjà viré...)merci d'être passée :-)

Posuto said...

Hou, comme je compatis ! Si tu prends 10 ans à chaque fois, tu vas pouvoir prendre ta retraite très vite ?
Vive tes vacances !
Kiki :-)

madame musique said...

coucou kiki!
ça ne se voit pas trop que j'ai 42600 ans, alors? t'es gentille...
bises.

Ink said...

OUI... alors là, je COMPRENDS très bien, je ne comprends que TROP bien ce post...
Dis-toi qu'en plus, tes cours sont parmis ceux qu'ils préfèrent...
Véridique!
La bise,
Ink.

Ink said...

Ha ben oui, additif, car je n'avais pas lu les autres commentaires: ce sont bien TES cours qu'ils préfèrent!!!

madame musique said...

coucou ink, c'est comme çà chez toi des fois aussi? ils aiment bien le sport, les SVT et l'art pla, aussi. une autre façon de travailler peut-être? franchement je ne sais plus. j'ai eu une petite discussion avec mes copines profs d'anglais l'autre jour, on en a parlé, d'inventer une autre façon de faire. sans tomber dans le jeu, je suis contre. plus tu es exigeante, plus ils s'accrochent. ça fait réfléchir. à bientôt, bises!

raymonde said...

... encore une belle petite vidéo ! Je ne comprenais rien, j'avais lu : balles mécaniques. Je cherchais la balle... La musique a été ajouté je suppose ? Yavait pas de telle musique en 1924, enfin je crois pô !

madame musique said...

le film muet? c'est en faisant une recherche sur le groupe Aphex Twin, je suis tombée sur ce petit bijou. le morceau s'appelle "Analord". C'est de la techno, mais pas dance floors, plutôt expérimentale (en particulier les micro rythmes). c'est la répétition déformée des images que j'ai trouvée intéressante.

ray ray said...

Oui et moi j'aime la syncro des images avec la musique. J'ai pas pu apprécier hier pcq à la maison : saccadé. Ordi pas assez fort. Auj. au bureau : super ! (mais pas supposé regarder ça au bureau hihi)

XXX